Articles taggés ‘Biologique’

Août
09

Le sirop d’érable

Non à la monotonie ! Variez les plaisirs !

En alternance avec le miel, utilisez d’autres variétés naturelles de sucre sur votre table familiale. Faites la joie de vos enfants pour sucrer les céréales de leur petit-déjeuner. Sans oublier des crêpes et des gaufres, des tartes et des muffins. Découvrez le sirop d’érable.

Un vrai délice, et pas seulement. L’intérêt du sirop d’érable ne se limite pas à sa subtile saveur parfumée, car en plus des glucides naturels qu’il concentre (harmonieux mélange de saccharose, de glucose et de fructose) il contient nombre de précieux sels minéraux : calcium, magnésium, potassium, fer, zinc, manganèse, phosphore.

Avec le sirop d’érable vous faites ainsi d’une pierre deux coups : vous sucrez les aliments de façon la plus naturelle qui soit et vous apportez à votre organisme les minéraux essentiels à son bon fonctionnement. Que demander de mieux !

Ce n’est pas pour rien qu’une feuille d’érable orne le drapeau canadien. Cet arbre est emblématique de la géographie de ce pays. C’est dans la région de la plaine du Saint Laurent et au pied de la chaîne des Appalaches que se trouvent les forêts d’érables, jusqu’à la pointe de la Gaspésie. La production de sirop d’érable se déroule en deux étapes.

C’est au printemps que les acériculteurs récoltent la sève brute montant sous l’écorce de l’érable à sucre (Acer saccharum), plus généralement nommée « eau d’érable », qui précède la montée de la sève élaborée survenant ensuite. Les conditions météorologiques nécessaires à une bonne montée de l’eau d’érable sont particulières : l’idéal est un gel prolongé et une importante accumulation de neige dans la forêt pendant l’hiver, puis, fin mars ou début avril, un dégel dans la journée et à nouveau le gel pendant la nuit…

La récolte se faisait de façon traditionnelle dans des récipients de terre cuite ou d’écorce de bouleau, après avoir entaillé l’écorce de l’arbre. Aujourd’hui, les érablières ont été équipées de tubulures, système de tuyaux, qui amènent l’eau d’érable directement jusqu’à la cabane à sucre.
L’eau d’érable ne contient au maximum que 3% de sucre. Il faut donc faire évaporer l’eau pour obtenir le sirop final qui en contient, lui, environ 68%. C’est la seconde étape, qui se pratiquait autrefois en plein air dans des marmites en fonte placées sur des feux de bois, procédé bien évidemment modernisé de nos jours.

A mettre en tête de votre prochaine liste de courses : Sirop d’Érable Maple Joe®